Evaluer la microfinance - Benoît Granger, MicFin

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

1 2 - Microfinance en Europe Ouest

Fil des billets

mercredi 7 octobre 2009

le microcrédit en Europe est-il fait pour les pauvres ?

Bonne question, à laquelle tente de répondre l'étude publiée sur le site de Financité, l'oganisation belge.

Il me semble que les hypothèses de la Commission sont à prendre avec des pincettes. Je dois dire que je n'aime pas quand on m'expliqeu dans un bref tableau : il ya 100 pauvres dans ce pays ; 45% d'entre eux sont vapables de créer leur propre job ; donc c'est la taille du marché potentiel de la microfinance... .Les pauvres "condamnés" à créer leur propre job ? Ca fait froid dans le dos !

Mais sur l'aspect pauvreté, voilà un extrait intéressant :

L'exemple de l'ADIE en France

La France offre, semble-t-il, un bon exemple de "microcrédit qui vise les pauvres". L'Association pour le droit à l'initiative économique (ADIE) propose un produit appelé microcrédit qui a les caractéristiques suivantes : montant maximum de 5.500 € pour une durée de maximum 2 années. Si l’on examine le tableau 4, on voit qu'en France un prêt de 4.700 € peut être remboursé en deux ans par une personne en risque de pauvreté. Cela signifie que le produit microcrédit de l'ADIE est accessible aux personnes pauvres. Il en résulte une bonne performance générale de la France ; l'ADIE y étant impliquée dans la plupart des prêts.

L'exemple de la Belgique

En Belgique, en revanche, le montant moyen des prêts en 2007 a été de 15.382 €10, avec une durée moyenne de 3-4 ans11. Cette valeur semble trop élevée comparativement à la capacité de remboursement d'une personne en risque de pauvreté qui, en vivant avec moins de 10.538 € par an, ne peut absorber plus de 7.904 (ou 10.035) € en 3 (ou 4) années. La Belgique ne semble donc pas atteindre, en moyenne, les personnes en risque de pauvreté.

En somme, ce n'est pas la demande qui crée l'offre, mais l'offre qui accepte (ou non) de prendre en compte la demande ? On sent qu'on est encore dans la vieille "charité" sophistiquée sous forme de prêts ! ? Ou alors dans la vieille banque, qui n'a pas su s'adapter à de nouveaux marchés ? !

Voici la conclusion :

à l'exception de quelques pays et de rares pratiques particulières, le microcrédit en Europe n’est pas utilisé pour combattre la pauvreté et l’exclusion sociale. Les personnes en risque de pauvreté ne sont pas visées ni atteintes, en moyenne, dans la plupart des pays européens. Elles restent exclues du système financier, tant "classique" que plus "novateur", comme la microfinance.

Donc la MF comme moyen de soutenir l'activité ? mais aussi de contribuer à désagréger les vieilles solidarités collectives du monde salarial ?

lundi 20 juillet 2009

Europe - annonce du nouveau plan sur le microcrédit - bientôt 100 m€ disponibles ? (MàJ 20 07)

un long papier d'Euractiv ici. Pas passionnant, parce que j'ai l'impression que tout est plié dès maintenant.

Et je reste intrigué par l'insistance de la Commission à considérer que le microcrédit, ça commence juste au dessous de 25 000 € : à ma connaissance, il n'y a pas un seul micro-créditeur en Europe qui prête des montants pareils (même du coté de Réseau Entreprendre, qui ne fait pas vraiment partie de cet univers). Donc s'agit il d'une volonté délibérée de "débarrasser" les banques de ces "petits" prêts ? Ou s'agit il de modifier peu à peu les règles prudentielles dans ce domaine ?

MàJ 20 JUillet - En fait, les 100 millions ne sont pas près d'être disponibles, semble-t-il. Il ya de la bagarre entre 2 DG sur la façon de les utiliser. Si ça passe par le FEI ou la BEI, c'est la promesse de procédures infaisables, de conditions impossibles à remplir (et imposées par des gens qui n'y connaissent rien - mais alors rien de rien ! !). Et enfin, parait-il, ce sont des crédits "de redéploiement" : c'est à dire de l'argent pris ailleurs pour le mettre dans ce fonds. Donc aucune augmentation réelle des crédits pour les petites entreprises --qui sont pourtant, dans le discours officiel, le coeur du coeur des préoccupations de Bruxelles !

lundi 6 avril 2009

Nef - manifeste pour une banque éthique européenne. C'est bien parti

Le texte du manifeste est ici ; mais surtout la banque avance. En 2010 devrait être créée la première banque à statut coopératif européen. magnifique.

jeudi 22 janvier 2009

Euro parlement - la commission des affaires éco demande des progrès pour le microcrédit en Europe

Le texte est ici et date du 20 janvier. Au delà des deux dispositifs (Jeremie etc.) mis en place, et qui démarrent lentement, semble-t-il, le Parlement demande que l'on augmente les possibilités de prêter pour les non-banques. mais avec un cadre harmonisé.

mercredi 31 décembre 2008

GB : une analyse de la MF en Grande Bretagne à partir des réalisations des CDFI

Le texte peut etre downloadé ici. C'est un plaidoyer pour les CDFI, sans doute à juste titre. La NEF, l'auteur du texte, dit que :

There is a perception by Government and private investors that CDFIs can and should be financially sustainable, i.e. independent of grants and public funding. Because of the higher costs incurred by microfinance, however, this is unlikely to be achievable. This puts the UK microfinance sector under threat, and there are already signs of contraction.

The average loan size for lending to microentrepreneurs is steadily rising, as CDFIs gravitate towards the more profitable segments of the market.

Many organisations have reduced the formal provision of crucial outreach and support services.

Some CDFIs previously disbursing loans below £10,000 have ceased to do so.

These trends run counter to the mission of CDFIs seeking to provide finance to all aspiring entrepreneurs.

C'est embêtant pour un pays plus connu pour ses usuriers que pour sa microfinance !

mardi 23 décembre 2008

fin janvier réunion à Berlin sur la mise en place de l'initiative européenne pour le microcrédit

Un nom étrange : Chabal EU. Un programme chargé. Des régions impliquées, dont le Languedoc, mais je n'en sais pas plus. A suivre.

mardi 11 novembre 2008

A l'Ouest, il ya parfois plus de personnes travaillant dans la MF que de clients de la MF !

Je travaille épisodiquement au sein d'une petite équipe sur un projet de type "What Works?" dans les politiques publiques des pays proches en matière de soutien à la création d'entreprise.

Les sujet sont nombreux, mais il en est un qui provoque immédiatement les yeux-au-ciel de l'honorable assistance d'experts divers : c'est, bien sûr, la microfinance ! Ras le bol est la première réaction. La suivante, c'est : seule la France a sû développer ce business, parmi les principaux pays de l'Ouest (Europe de l'Ouest, bien sûr les USA ont une tradition un peu différente).

Et la troisième réaction, je ne vous cite pas le mauvais esprit qui dit ça, c'est : je pense que je vais arriver à le prouver : chez nous, il y a plus d'argent dépensé à payer des gens qui "s'occupent" de MF que d'argent réellement prêté à des créateurs d'entreprises !

Et en plus en France, on a deux modèles totalement différents de MF, avec l'Adie d'un coté et France initiative de l'autre. C'est à n'y rien comprendre. D'ailleurs nos préconisations s'en ressentent : on a du mal entre experts à se mettre d'accord sur ce qui est exportable et sur ce qui ne l'est pas !

Mais, précisément, c'est ce que j'aime dans cette situation. On peut proposer deux projets très différents à un ministre en lui expliquant les avantages inconvénients de l'un et de l'autre

lundi 3 novembre 2008

MF good practices en Europe

Un concours richement doté est organisé.

dimanche 2 novembre 2008

"Now is the time for responsible credit" (conférence à Londres les 13 et 14 novembre)

Voici l'annonce de la prochaine (8ème) conférence internationale du réseau European Coalition for Responsible Credit. On peut s'inscrire sur cette page.

ECRC est un réseau d'organisations de consommateurs et de chercheurs, universitaires et autres "activists", qui plaide pour la mise en place en Europe de règles obligeant les prêteurs à adopter le prêt responsable. La crise financière rend spectaculaire le fait que l'on ne parle que de "soutenir les banques", mais pas les consommateurs qui sont piégés par des prêts qu'il ne peuvent pas assumer. Et ceci est en train d'empirer, avec la dépression économique dûe à la crise financière.

ECRC affirme que les représentants des consommateurs doivent participer à la définition d'un cadre règlementaire rénové pour aller vers le "prêt responsable"

(je fais partie d'ECRC)

voilà la texte de la déclaration qui sera discuté à Londres :

Une conférence internationale préconise une nouvelle approche pour améliorer la réglementation des crédits

Le 13 novembre, plus de 150 représentants des consommateurs venant de 24 pays se réuniront à Londres pour réclamer de nouvelles règles sur la réglementation des marchés de crédit, ainsi qu’une meilleure réponse à la crise financière mondiale de la part des gouvernements.

La conférence, qui a lieu quelques jours seulement avant que les dirigeants du monde soient convoqués par le président américain George Bush à un sommet pour répondre à la crise mondiale, mettra en avant le rôle des consommateurs qui doivent impérativement participer de façon active à la création d'un nouveau cadre réglementaire pour les services financiers ; et ceci à l'échelle mondiale, européenne, et nationale. La conférence rendra publique une déclaration (« the London Declaration ») définissant les étapes suivantes que devront franchir dés aujourd’hui les gouvernements du monde entier.

Faisant allusion à l'échec des approches fondées sur le marché libre, échec mis en évidence à la lumière des événements qui ont eu lieu ces derniers mois, la Déclaration fait ensuite appel à un mélange de mesures immédiates visant à soutenir les ménages en difficulté du fait de leurs remboursements de prêts hypothécaires et autres crédits, ainsi que des mesures applicables à le long terme permettant de créer un système de crédit responsable.

Parmi les mesures de soutien aux ménages confrontés à des problèmes de remboursement de leurs prêts hypothécaires, la Déclaration fera appel aux gouvernements et aux banques afin de créer un « fond de secours hypothécaire » pour les ménages. Celui-ci pourra être ainsi utilisé de façon à permettre aux emprunteurs un rééchelonnement de leurs prêts sur les cinq à dix prochaines années, à des taux d'intérêt abordables ; les tribunaux ayant le pouvoir de suspendre toute procédure de vente forcée lors de l’utilisation de ce fond.

Parmi les modifications réglementaires, la Déclaration proposera de soumettre les banques à l’obligation d’organiser l’accès à un «crédit responsable» pour les ménages à faible revenu ; et l’obligation de rendre public un rapport montrant leurs performances vis-à-vis de cet objectif. Les discussions sur la Déclaration de Londres ont été organisées par la Coalition européenne pour le crédit responsable (ECRC) et par son partenaire du Royaume-Uni Debt on our doorstep (Dood). Avec le soutien de Citi et de GE, la conférence pourra compter sur des représentants du Conseil de l'Europe et de la Commission européenne parmi ses intervenants.

Le professeur Udo Reifner, président de l’ECRC, a dit « C'est une conférence primordiale. Nos gouvernements tentent de répondre à la crise sans chercher à entendre l'opinion des consommateurs, alors que les banquiers, eux, sont écoutés attentivement. Ceci explique pourquoi les actions entreprises jusqu'à présent consistent à renflouer les banquiers et non pas les ménages. Nous faisons appel à une nouvelle approche dans la réglementation des banques qui assure une plus grande participation des consommateurs à tous les niveaux. Il est totalement inacceptable que les investisseurs et les banquiers se trouvent protégés tandis que les causes de la crise – un crédit non-réglementée et outrancier – restent en place. »

Damon Gibbons, président de Dood, a déclaré à son tour: « Donner l’accès au crédit aux personnes est une chose essentiel, pour eux en tant qu'individus ainsi que pour nos économies elles mêmes. Au cours des vingt dernières années, il est devenu essentiel pour les ménages de pouvoir gérer les risques et investir dans leurs foyers et leurs avenirs. Mais, en raison de l'importance croissante que représente le crédit, il y a un besoin accru de contrôler les termes et les conditions de l’octroi du crédit, et de s’assurer que les personnes ont un accès équitable à ce crédit. Nous avons besoin d'une obligation pour les banques de fournir cet accès au crédit et nous avons besoin d'une meilleure réglementation. Les deux doivent aller de pair. »

Fin

samedi 25 octobre 2008

Une étude sur le microcrédit en Belgique

C'est là, par le réseau financement alternatif

lundi 13 octobre 2008

Les confusions crédit conso / crédit pro risquent de s'aggraver en Europe (et surtout en France !)

C'est l'un des problèmes de l'évaluation de la MF. Nous en avions traité, avec Udo Reifner, dans un gros papier paru dans le "Rapport moral sur l'argent dans le monde" de l'an dernier, à propos de la Directive européenne sur le crédit conso.

La question : les prêts sont-ils vraiment des prêts professionnels ? C'est à dire fondés sur la qualité du projet (et, bien sûr de la personne ; mais en tant qu'entrepreneur) ? Ou bien sont-ils fondés sur un scoring qui ne tiendrait compte que des catégories sophistiquées des prêts à la consommation ?

La question va devenir cruciale avec les conséquences de la crise financière. En gros, le crédit crunch va pousser les prêteurs à faire eu plus simple et rentable (le crédit conso) pour éviter les prets compliqués, lourds et risqués (les prêts pro à des créateurs).

Donc ces derniers seront "tentés" encore plus qu'aujourd'hui de financer leur démarrage avec du crédit conso. Mais dans ce dernier, il n'y a rien de la qualité de la relation fondée sur l'examen de la qualité du projet.

Donc les entrepreneurs prendront des risques (notamment d'incompréhension) énormes ...

samedi 13 septembre 2008

"Banquiers du futur" : l'enquête publiée en 1998 est une bonne base pour mesurer les progrès de cette "finance sociale"

La Fondation Charles-Léopold Mayer ("pour le progrès de l'homme") a rendu disponible sa collection de livres publiés les années précédentes. on peut télécharger le texte de ce livre à cette adresse.

ou bien Benoit_Granger_-_Banquiers_du_futur_-_1998.pdfici, sur ce site.