Evaluer la microfinance - Benoît Granger, MicFin

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 3 juillet 2010

voilà pourquoi je n'ai plus un visiteur venant de Google : ce crétin me prend pour un spammeur !

C'est ici, chez l'excellentissime Véronis

(a part ça, je vous avouerai que je m'en fous : ce blog est un blog nombriliste, dont je rencontre les lecteurs dans la vraie vie, donc tant pis ! je ne deviendrai pas célèbre sur la Toile ! )

Même au SPTF le raisonnement "la MF, ça doit devenir profitable" résume les débats.

C'est la chute de ce brave petit compte rendu dans la presse "grand public" (Le Temps de Genève) qui me fait soupirer de déception. C'est à propos de la réunion de 3 jours à Genève du Social performance task Force, plein de gens intéressants, et même dont je suis théoriquement membre depuis des années...

voila la chute du compte rendu :

"Pour sa part, Melchior de Muralt, président du World Microfinance Forum, sis à Genève, a mis en garde contre les faux espoirs placés dans la microfinance ainsi que contre la tendance à tirer sur l’ambulance. «Il y a tout de même 4 milliards de personnes qui n’ont pas accès aux crédits et nous devons trouver un moyen qui permette aux investisseurs de gagner de l’argent et aux clients de sortir de la pauvreté», a-t-il déclaré.

et voilà, ça s'arrête la. "trouver un moyen" de connecter les pauvre aux marchés, de façon que les unijambistes investisseurs "gagnent de l'argent", car ils ne savent rien faire d'autre. Rien d'autre, aucune autre hypothèse. pas d'argent public, pas de critères du bien commun, aucune hypothèse un peu sophistiquée dans les quelles on ne regarderait de près si le mélange adroit de subventions publiques et de savoir faire privés ne serait pas plus efficaces --avec de meilleures performances sociales à la fin !

Mais comment peut on encore aujourd'hui raisonner aussi simplet ? Alors que les preuves s'accumulent : dès qu'il y a des investisseurs dans des instiutions de microfinance, on peut être sur que celles ci vont déraper sur leur mission, qui est de servir les pauvres...

samedi 26 juin 2010

Yunus est contre l' IPO sur SKS (l'entrée en bourse de la plus grosse IMF indienne), et il a sans doute raison

C'est bon gros débat sur le site d'un magazine indien très bien fait. Yunus confirme son opposition à la mise en Bourse des IMF. L'exemple de Compartamos est cité à nouveau, donc je me sens moins seul...

C'est effrayant de voir les raisonnements les plus simplistes fleurir sous les paradoxes : par exemple ce tout premier commentaire :

Prof. Satchidananda Sogala, PH.D., • At the risk of differing from the Nobel Laureate, I categorically assert that the current microfinance should not mix business with charity ; and that for scaling and sustainability reasons, the microfinance muste be treated as business ; and finally that from the private greed of the commercialised MFIs will emerge the public good of assistance to the poor , as Adam Smith had so eloquently pointed out. We salute those who want to be altruists, philanthropists and contribute to the social upliftment and povert alleviation and their ideals and nobility is to be pursued by one and all , INDEPENDENTLY and not as part of business!

Dr Satchidananda Sogala FOUNDER & DIRECTOR, GLOBAL MICROFINANCE FOUNDATION

qui d'abord dit des bêtises sur l'interprétation d'Adam Smith (mais c'est courant), et ensuite ne raisonne qu'avec 2 possibilités : soit tu fais du business, soit tu fais de la charité. Mais entre les 2, ya rien. Point. Et surtout pas l'Etat, ni nul autre représentant du bien commun.

La qualité du débat est slightly consternante !

des recommandations pour le CGAP : arrêter de recommander le "Zero tolerance", etc.

Un long papier (en anglais) très intéressant sur les limites des recommandations du CGAP, et les changements souhaitables dans l'avenir.

juste la conclusion :

The key conclusions of this note are that CGAP needs to modify its conventional messages such as “zero tolerance of delinquency” and “no restructuring of client loans” in the context of emerging over-indebtedness and the financial crisis. It also needs to strengthen its messages in relation to governance, social mission and improving depth of outreach to the poor.

mardi 15 juin 2010

Banks and Microcredit in France : involve banks in microcredit online, or through specialised organisations? The issue is not resolved.

This is my paper published in the latest "EMN Magazine", June 2010

Another new law in France on credit in May 2010 is published: primarily on the control of consumer credit.And by the way, the government exerts pressure on banks so they get directly involved in professional microcredit. But is this a profitable business for banks? Surely not if they also provide counselling to microentrepreneurs, which is essential Hence the questions about the coordination between microfinance networks and banks.

__ 1 – Business creation in France deeply moved by recent reforms.__

Microcredits continue to grow in France despite the economic crisis. This is probably explained since 2007 by a specific effect: the threat to salaried employment contributes to the creation of new businesses by the unemployed, but also by deeper movement. In 2003 and 2005, the Dutreil Laws simplified many procedures in business creation and then, in 2009, the “self-entrepreneur” status (autoentrepreneur) dramatically changed the landscape of business creation in France. Indeed, in France, new businesses increased from 215,000 in 2001 to over 300,000 in 2008, mostly very small businesses. In 2009, more than 580 000 new businesses were registered (+75% in one year) which are mainly attributable to the new status of self-entrepreneur because other categories of businesses declined.

The profiles of these newcomers are not very different from those of traditional businesses; yet it is a radical innovation. The formalities for starting a business are reduced to little things (you can register online in 10 minutes and start invoicing) and business rules are minimal provided that the activity is very modest: maximum turnover of €32,000 per year for a service activity (€80,000 for a commercial activity). Even though data are not yet reliable, the magnitude of the movement is indeed still modest, as only one quarter of self-entrepreneurs has a real activity; and an even smaller part of them gets an income that is comparable to the minimum wage.

__ 2 - Microcredit in France: the figures.__

France is the most active Western Europe country for professional microcredit. This is due to the overwhelming success of Adie, which has been giving media coverage to microcredit for over 20 years, and to the more discreet and stubborn field work of France Initiative. Both microfinance networks are very different in their structures, their philosophies and their targets, even if they have the common feature of being not-for-profit associations.

In 2009, some 40,000 new business creations were financed out of the banking networks. The large majority is divided into two roughly equal parts between Adie, with average loans of €2,800 for small projects presented by persons in difficulty, and the local platforms of France Initiative, with average loans of €7,800 for larger projects. Other practitioners, such as the France Active Network and some regional networks, have lower trading volumes.

It is likely that there is a much higher latent demand, estimated by studies (Adie in 2008, the EIF in 2009) to be 100,000 loans per year. This is significant, as consistent estimates show that only 15 to 30% of entrepreneurs consider getting into debt to start their business. The remaining ones are reluctant to take such risks, or feel they do not need a loan.

But this demand is only expressed in terms of the supply. Much of the success of Adie is linked to this phenomenon: for a long time, people having problems did not consider setting up a business for many reasons, one being that these people had assimilated the fact that a bank would never trust them and lend them the necessary money. It is thus a supply policy that has proved, over the last 20 years, that many people have both the will and capacity "to start their own business" and to develop sustainable projects, even when they have no choice but to live on minimum social benefits.

3 – Two types of cooperation with banks

Two other developments are changing the landscape. On the one hand, banks no longer content themselves with leaving microcredit networks to do what they do not want and cannot or do not know how to do directly, that is to say small business loans. On the other hand, the combined pressure of French government and European authorities led the banks to get involved directly in this universe that they are largely unaware of.

Traditionally, for over 20 years, banks in France have been outsourcing small business loans to microcredit networks. With Adie, the agreement in principle was clear. Adie was the one doing all the upstream work (candidate selection, project validation and various aids to entrepreneurs) and the downstream work (double tracking of the customers: follow up of the reimbursements and follow up of the business management), the loan being implemented by the bank. Then recently, Adie changed its policy to master its own loan production from its own funds. For the local platforms of France Initiative, the pattern is different and remains unchanged. The 500 local committees (the ones taking lending decisions) are composed partly of local bankers. Hence, the unsecured loans are decided in an informal arrangement with the banks, making it easier for entrepreneurs to access additional loans from one of the mainstream local banks.

Thus, a dual system was established, highly effective for both partners:

• The bank avoids the costs of production it considers disproportionate to the amount of the loans and its standards of production. It leaves this work to the associations, which receive grants to do it, but then picks up good quality customers.

• The associations, Adie and France Initiative, show the government (which today remains their main provider of subsidies ) that they contribute to the creation of many healthy businesses capable of development, while the banks show that they are unable to do this work alone.

The policies of these banks have been more or less explicit over the last twenty years. Some prefer to adopt the attitude of sponsors (BNP Paribas), whereas others, such as Crédit Coopératif, and more widely the Popular Banks (Banques Populaires) that federate decentralised banks, have built real professional partnerships close to the SME world that are strongly involved in supporting microfinance. They have long supported the Adie initiatives, and are heavily involved in the loan production of the France Initiative platforms.

4 – Two very different types of microcredit

Adie and France Initiative do not differ only in their targets and the amounts of their loans. These two networks base their action on very different philosophical grounds. Adie addresses people in difficulty who have a micro project. Its main loan is the Solidarity Credit (Crédit Solidaire): it is a loan of an average of €2,800, a term of 18 months, with an overall interest rate between 10 and 12%; and Adie asks its customers for a guarantee for half of the loan amount. The France Initiative loan is aimed at people who are not particularly socially excluded, but who cannot, alone, have their projects financed directly by a bank. The average loan amount is much higher (€7,800) and funds projects much larger than those of Adie’s clients. The France Initiative loan is an unsecured loan: that is to say without guarantee or collateral (the borrower agrees to repay “on his/her honour”). In addition, it is a free loan, without interest. Its main attribute is to increase significantly the business creator’s capacity for additional indebtedness, since this unsecured loan would be the last one to be reimbursed in case of a problem.

The question arises whether this unsecured loan is within the definition of microcredit. Indeed, Adie's goal is to achieve financial balance by covering its costs and risks from the profitability of its loans: it is a goal consistent with the vast majority of microfinance institutions, even though studies show that this balance is unlikely in Western Europe (Evers & Young). France Initiative depends entirely on grants and patronage, as its operation is, by definition, in deficit and will remain that way. In addition, France Initiative funds projects that may be considered too large to match the definition of microcredit. According to the EU definition, confirmed in 2007, this would be business loans of a maximum of €25,000: this is the case for the unsecured loans of France Initiative, but their considerable leverage effect on the entrepreneur’s additional bank debt leaves this open for debate.

__5 – The attitude of banks: disappointing from a strategic point of view __

Since the recent financial crisis, banks in France, under government pressure, have made commitments towards the VSE (Very Small Enterprises) in order to support them in a difficult situation. The banks had announced, at the request of the government, their level of commitment in 2007. Within the category of "VSE of less than 5 years", we cannot distinguish those that would be considered as microcredit. But we can notice that of the €400 billion of outstanding loans granted to SMEs-VSEs, the outstanding loans related to VSEs (turnover less than €1.5 million) of less than 5 years, among which are the business creators, amounted to €78 billion at the end of 2007. Following the reduction in credits due to the depression of 2008 - 2009, the Government obtained formal commitments from the five major banking groups to increase their commitments in 2010. But it is likely that this increase will benefit mainly the well-established clients of the banks, and not primarily the microentrepreneurs.

Banks have two traditional arguments to explain the weakness of their direct engagements. On the one hand, entrepreneurs are inherently risky customers because "one out of two fails," according to the traditional affirmations. In fact, recent studies (INSEE - APCE, Agency for entrepreneurship) show that the rate of "failure" is much lower(almost half of this group stops voluntarily)

On the other hand, banks have long advanced another argument; that of the disproportionate production costs of small business loans. If it takes the same time to lend €5,000 as €50,000, the explanation is simple. But it also shows that, beyond their traditional clientele of retailers and artisans, banks have invested little in getting to know entrepreneurs. The argument of "asymmetries of information" is weak, especially because lately they have had the ability to adjust credit interest rates, following the recent removal of usury rules in France. It does not seem that the opportunity to charge higher interest rates has changed their production methods.

6 – Review the terms of coordination: amounts and profitability; risks of competition

Thus, the situation in France is now unstable. For over 20 years, the two main networks, Adie and France Initiative, have been giving convincing evidence of their effectiveness, each network according to its model. But they can only develop themselves by obtaining the cooperation of banks. The discussion is about the fact that the ceiling of €25,000 is not a good definition. Indeed, the implicit consequence would be to free banks from their direct responsibilities towards the majority of small start-ups, that would be left to the microfinance networks. So the discussion is about the amount. Banks should commit themselves to implementing loans they could grant directly from €10,000 upwards while microfinance networks would focus on microcredit loans under €10,000.

Is this division sustainable? Some bankers specialized in VSE are willing to make efforts to improve productivity and thus lower the minimum amount of their loans. But they add that if Adie, in particular, increases the average amount of its loans, they become very close to some regular loans from the bank to its own customers, artisans or retailers. In this case, the support that the bank grants to Adie is less justified: both practitioners are potentially in competition, while Adie is subsidized to implement its loans. And Adie would possibly be in trouble as it cannot offer the additional services offered by the bank (current account, financial services, overdrafts, credit cards ...). The debate is open today, concerning a still small part of Adie’s "best" customers.

Ideally, the collaboration between banks and microfinance networks develops through mutual learning. Banks learn under what conditions some network customers could become profitable customers for them, and microcredit networks learn from banks about the technology they need (computer systems, scoring, recovery techniques ...). But the limit appears quickly, if one or the other has the feeling that customers are being taken from them!

7 –Two risks for the future: to abandon the logic of the professional loan; and thetrend towards the dematerialisation of the relationships between lenders and borrowers

The limits of cooperation between banks and microfinance networks are also defined by other external pressures. The pressure on the profitability of banks' equity capital, strengthened by the Basel Agrements: small business loans are undoubtedly the least profitable loans for banks. Also the competition between banks and specialised financial institutions, which changes the nature of business loans.

By definition, business loans are based on a strong relationship between lender and borrower, the one needing to "understand" the plan of the other. So this requires a dialogue which implies high production costs. Whereas the techniques of personal loans (consumer loans, revolving credit, etc..) come down to a very quick benchmark between a personal profile and a database: this allows specialised financial institutions to make revolving credit loans of very small amounts, up to €100 or €200, which are very profitable.

So the temptation is great to go from one technique to the other, especially as, in the case of micro projects, the boundaries are blurred between the person of the borrower and his/her project. This is what has happened in some Latin American countries since the late 90s. The banks have built a range of personal loans in direct competition with that of microcredit NGOs who offered professional microcredit, often in peer groups. The result is an oversupply and severe indebtedness phenomena previously unknown . This is a risk already present in some European countries, especially in the East, and which questions the very logic of microcredit. There are no more physical meetings to discuss the project, no more dialogue or assessment; whereas, by definition, clients are people who need advice and counselling. Besides, the fact that microcredit is accompanied by advice and counselling is also part of the European definition.

This "debt by a click" trend converges with another trend towards the dematerialisation of business creation procedures. In France, since 2010, just 10 minutes of Internet procedures are needed to become a self-entrepreneur and start one’s activity. So there is no longer any physical encounter, either with a lender, or with a counsellor.

These products are successful because they fulfil a need for no-personal involvement in the credit relationship from poor people, according to credit sociologists and historians, which avoids the feeling of anxiety or guilt of a personal relationship with the traditional banker. But as a result, risks are transferred to only one side: to the side, in case of a problem, of the one who has "made a mistake" in borrowing, and not from the side of the credit supplier. It is in this that lies one of the sources of the risk of new forms of overindebtedness.

vendredi 28 mai 2010

Conférence Microfinance et religion - L’islam est il plus proche des entrepreneurs pauvres ?

juste pour vous mettre en appetit, chers lectrices-teurs

"Les règles morales issues des religions du Livre ont eu une influence évidente dans l’histoire du crédit ; encore plus dans les débuts du microcrédit, puisque celui-ci s’adresse aux pauvres : de Raffeisen, conservateur protestant, aux banques coopératives fortement teintées de catholicisme.

"La microfinance d’aujourd’hui abandonne ses origines charitables pour devenir une activité de marché (taux d’intérêt élevés, profits…) qui devrait assurer son développement autonome. Mais ou persistent les normes ? Telle organisation ouvertement catholique, au Mexique, facture des intérêts très élevés. Telle autre dans des pays influencés par l’Islam se voit interdire de facturer des intérêts au nom de la Charia.

"Si l’Islam, avec son Ouma, est une religion en expansion rapide, peut on analyser en quoi les normes issues de la morale religieuse se heurtent aux « normes » de marché ? Plus largement, les valeurs et comportements issus des religions pèsent-ils durablement sur le développement de la microfinance ?"

jeudi 6 mai 2010

Maria Nowak répond à Esther Duflo sur les impacts du microcrédit et les méthodes d'évaluation

C'est une espèce d'interview dans le Nouvel Obs. Les questions sont faiblardes, mais elles donnent l'occasion à Maria Nowak de réagir sur "l'engouement" dont jouit Esther et ses études, qui, semble-t-il, ont une certaine influence dans de nombreux pays en développement.

Je note que Maria reste ferme sur les 2 interventions possibles vis à vis des pauvres. Soit on prête, et c'est une activité de marché ; soit, quand les pauvres sont loin de l'entrepreneuriat, il faut donner (charité). DOnc rien en dehors de cette dichotomie...

Esther Duflo : Muhammad Yunus veut transformer les pauvres en entrepreneurs.

Maria Nowak. - Depuis un quart de siècle, je partage la conviction de Yunus que tout homme porte en lui la capacité d'entreprendre. J'ai lancé des programmes de microcrédit en Afrique, en Europe centrale et en France. J'ai vu partout des hommes et des femmes, éduqués ou analphabètes, développer des activités génératrices de revenu ou créer des microentreprises. Cela ne veut pas dire que tous veulent le faire ou sont en mesure de le faire. Dans certains cas, seul le don est praticable. Cela ne veut pas dire non plus, contrairement à ce que semble affirmer Esther Duflo, que les praticiens du microcrédit croient que celui-ci peut seul résoudre tous les problèmes de développement, mais l'accès au crédit est évidemment aussi important pour les petits acteurs économiques que pour les grands. S'adressant à une population pauvre ou exclue, il porte en plus un message d'espoir et de confiance aussi important que l'argent lui-même.

Je commence à douter de ce "message d'espoir et de confiance" que véhiculerait la microfinance ; je crains qu'une part grandissante porte plutôt une message de défiance : quand on prête en surendettant les personnes notamment ! Le sentiment de s'être fait avoir par son prêteur doit être cruel à vivre...

Quant à la critique de Maria sur la méthode des "groupes témoins" de Duflo, elle est parfaitement légitime. Même s'il vaut mieux en faire un peu que pas du tout, à mon avis ! Ma critique personnelle est qu'Esther tire d'expérimentations jeunes et fragiles des conclusions trop radicales, de trop forte portée. je suis d'accord avec Gloukoviezof sur ce thème.

Mais je crois qu'on en a fait trop dire à Esther sur ce point : il me semble qu'elle n'a jamais déclaré aussi nettement qu'on "n'avait pas évalué sérieusement les impacts" de la MF avant qu'elle s'y mette elle même ! (c'est la question de Fauconnier, qui n'est pas très malin en l'occurrence)

dimanche 2 mai 2010

La microfinance cotée en Bourse, vraiment un moyen de "lutter contre la pauvreté" ?

Je suis sidéré par la fausse naïveté (ou alors l'autisme néo-libéral?) des champions du "Free Market" appliqué à la microfinance. Aujourd'hui, c'est une tribune dans Forbes, le magazine américain très très néo-lib, qui me fait grimper au rideau.

L'actuel et l'ancien président d'Accion, une grosse organisation américaine, se mettent à deux pour justifier l'introduction en Bourse de SKS, la plus grosse institution de microfinance indienne. Que du bonheur en perspective. Y compris pour les pauvres, bien sûr. Et il faut foncer : (c'est moi qui grasse les passages des citations qui suivent)

The core question we need to ask is how can microfinance benefit the greatest number of people at the lowest sustainable prices in the quickest possible time? This is certainly what is

And this is where the IPO of SKS comes in. The IPO's value for microfinance goes well beyond SKS itself. To achieve real impact, you need not one institution, but a group of institutions, whose fierce competition will expand coverage faster than any single entity ever could, delivering the widest array of products at the lowest price. In other words, to succeed we need to create a wholly new industry, dedicated solely to meeting the financial needs of the poor. We know this is true because we have seen it take root in Latin America.

Michaël Chu, ancien président d'Accion, n'est pas un inconnu : il est l'un des fondateurs du fameux Compartamos, et continue de défendre cette institution, quitte à s'engueuler avec Yunus l'an dernier à Genève. Quand il écrit "at the lower price", c'est gonflé puisque Compartamos est connu pour pratiquer des taux d'intérêt très élevés ! Le reste est à l'avenant : vite, urgence (mais pour qui ?) ; et seule "une concurrence féroce" permet de développer l'offre...

D'ou la suite de son papier :

In Peru, rates are coming down and product offerings multiplying. Why? Because 44 of the 55 regulated banks and lending institutions in the country have joined the competition in microfinance. The same thing is beginning to happen in Mexico. In the three years since the IPO of Compartamos, Mexico's largest microfinance institution, the number of organizations focused on lending to the poor has quadrupled from 200 to roughly 800.

Rien sur les vrais résultats. Rien sur le surendettement, provoqué par cette suroffre. Rien sur l'aberration économique qui fait que ces prêts ne servent plus à rien puisqu'ils ne permettent plus aux pauvres de constituer un patrimoine professionnel ; donc maîtriser leurs capacités de développement de création de valeur ajoutée.

Chu est encore plus clair dans sa conclusion :

Finally, while we must be thoughtful, we must also be ambitious. Successful new industries are created when a new activity is capable of generating superior, not average, returns. This is what motivates entrepreneurs to venture into new fields, allows them to reinvest and continue to grow rapidly, and encourages capital markets to assume the risks of an emerging opportunity.

C'est non seulement écoeurant moralement, mais aussi absurde sur le plan économique.

Une seule réaction critique à ce papier, dans les commentaires, de Milford Bateman, un consultant connu dans l'univers de la MF : voir ici

Il démolit les arguments de Chu un à un, mieux que ce que j'aurais pu faire...

Décidément, je commence à être inquiet. Je m'obstine à répéter depuis des années que "la MF, c'est vachement bien à 90% ; mais je travaille sur les 10% restants --donc ne prenez pas mes critiques pour la critique de "LA" microfinance". Maintenant, je commence à me demander si mon 90% est bien la bonne proportion ?

lundi 26 avril 2010

Compartamos : tout va bien. Sauf les performances sociales (pas d'info)

Voilà le dernier point d'actu de Compartamos, société cotée donc tenue de donner des évaluations tous les trimestres.

Tout augmente, les clients, les prêts et même les "non performing loans" (les prêts non ou mal remboursés). Mais on ne peut pas tondre un oeuf : ceux qui prêtent aux pauvres sont en train de s'apercevoir que les pauvres sont vraiment pauvres, et donc quand la crise est là, ils ont encore plus de mal que d'habitude !

Après la litanie des chiffres qui sont destinés aux actionnaires, un seul sur les "impacts sociaux" : les "risques" (comme on dit) augmentent. Ça, de la microfinance ? ça craint !

A mettre en regard : un interview de Yunus datant du 15 avril : faire une ligne de démarcation entre le microcrédit et les Loans Sharks : les requins, les usuriers...

mercredi 14 avril 2010

Sur la responsabilité de l'offreur de prêt, par rapport aux responsabilités de celui qui accepte qu'on lui prête stupidement

Un papier rigolo (ou tragique?) sur l'état de l'enquête sur les monstres financiers qui nous ont mis dans la panade. Là, c'est Wash Mu qui y passe. L'enquête permet de montrer que les prêteurs prêtaient à n'importe qui et dans n'importe quelle condition...

je me rappelle une discussion fin 08 avec un américain, banquier et pas con à priori. IL résumait : "les gens avent ce qu'ils font. Y compris en empruntant. Et s'ils font des bêtises, c'est tant pis pour eux".

Pour lui, donc, les offreurs de crédit n'avaient aucune responsabilité dans le fait que beaucoup de clients étaient étranglés. Mais évidemment, il ne tient pas compte de l'argent, et de sa nature bien particulière. Soit parce que l'emprunteur est le dos au mur, soit parce qu'il se laisse griser (plus souvent parce qu'il est coincé).

Et en face, des gens qui lui ajoutent sous le nez des billets de banque en lui disant : c'est pour vous ! Signez là ! Résultat :

The Levin hearings show that WaMu systematically peddled loans to people it knew could not pay them back. This wasn't an accident. Levin exposed a WaMu internal audit that reviewed 132 loans, and found 115 involved confirmed fraud, with 80 having "unreasonable" income, meaning the income listed on the loan was so preposterous that any reasonable person, much less a trained loan officer, would have called it into question. The audit resulted in no - zero, nada -- changes in WaMu's lending practices. Fraud wasn't a problem; it was the business plan.

L'enquêteur résume :

According to the FBI, 80% of mortgage fraud is committed by the lender. We're not talking about stupid loan officers allowing borrowers to get away with something crazy that is bad for the bank. We're talking about clever loan officers pushing fraudulent documents in order to score bigger paychecks, and bank executives looking the other way so that they can keep getting big paychecks from the securitization machine. This isn't a problem unique to WaMu. This is how the U.S. mortgage system operated for half a decade.

80% ! dans un pays qui ne reconnait pas la responsabilité de l'offreur !

Le NY Times cite des taux d'intérêt dans la microfinance de 120 %

Article impressionnant dans le NYT du 14 04. Des taux d'interêt énormes, alors que tout le monde (CGAP en tête) prétend que ces taux sont généralement à la baisse...

Te Creemos au Mexique : 125% ; LAPO au Nigéria : 126 % en incluant une épargne obligatoire ! !

Et pendant ce temps, CARE vend une IMF à une banque au pérou, avec un "profit" énorme :

Making pots of money from microfinance is certainly not illegal. CARE, the Atlanta-based humanitarian organization, was the force behind a microfinance institution it started in Peru in 1997. The initial investment was around $3.5 million, including $450,000 of taxpayer money. But last fall, Banco de Credito, one of Peru’s largest banks, bought the business for $96 million, of which CARE pocketed $74 million.

Le tableau est ecoeurant. Mais le NYT ne cherche pas vraiment à trouver d'explication : juste mettre l'info à disposition, avec une enquête bien faite et complète, et puis voilà

jeudi 8 avril 2010

Le microcrédit en France : réduit, dans sa définition officielle, à : prêter cher aux pauvres ? ! ? !

Les événements s’accélèrent, semble-t-il. Une réunion à la Banque de France avec le Comité national de l'info statistique devrait avoir lieu très prochainement pour aboutir à une définition juridique du microcrédit professionnel. C’était l’une des demandes de Christine Lagarde en mars, quand elle a présenté son projet de réforme qui portait aussi sur le crédit à la consommation. A partir de là, les réseaux de prêteurs auront la possibilité de développer leurs offres dans de meilleures conditions.

Mais le débat sur la définition prend un tour homérique. Les deux principaux réseaux qui financent des créateurs d’entreprise sont l’Adie, association devenue emblématique, et le réseau France Initiative, avec ses 250 plate formes locales. Les chiffres sont proches : l’un comme l’autre financent chacun quelques 15 000 créations par an ; avec des résultats proches en terme de remboursements et de pérennité des entreprises créées. Mais avec une grosse différence dans les publics visés : il s’agit de micro-projets pour l’Adie (qui fait des prêts de 2 500€ en moyenne) et de projets plus importants pour France initiative (6 500€ en moyenne).

A total, les deux réseaux et quelques autre intervenants comme France Active assurent une part importante des financements de la création : difficile à comparer avec les engagements des banques, car les bases des comparaisons ne sont pas les mêmes.

Le débat se noue sur une différence de fond entre les deux réseaux, qui est philosophique. Pour l’Adie, il faut facturer des intérêts car c’est « le marché » qui l’exige. De plus, l’Adie ambitionne d’équilibrer ses comptes : percevoir les intérêts lui permettrait à terme d’assurer son indépendance, puisqu’ils couvriraient ses coûts et « la casse » : les prêts non-remboursés par des entrepreneurs en difficulté.

Pour France Initiative, la question n’est pas là. Les plate formes locales reçoivent des subventions qu’elles transforment en prêts aux créateurs : c’est de l’argent public. Pour l’essentiel, de l’argent public local, celui des Conseils généraux, rendu efficace par le prêt. Mais surtout, les plate formes sont des associations locales qui réunissent des banquiers, des chefs d’entreprises, des Chambres de commerce au service du développement local. Les uns et les autres estiment qu’il faut avant tout accompagner, conseiller les créateurs d’entreprise : les prêts ne sont qu’un signe de confiance parmi d’autres. Et faire appel « à l’honneur » des emprunteurs est un moyen très efficace de les intégrer dans cette logique du développement local.

L’hiver dernier, Christine Lagarde demande à l’inspection générale des finances de faire des propositions pour pousser les banques à s’engager et, au passage, proposer une définition du microcrédit. Le rapport, très influencé par les conceptions de l’Adie, restreint le microcrédit aux « prêts à titre onéreux » qui font l’objet d’un accompagnement. Réaction immédiate de France Initiative et de quelques autres : et nous ? on fait quoi ? autre chose que les fonctionnaires ne savent manifestement pas définir… même la Commission européenne dans sa définition de 2007 ne parle pas d’intérêts !

La question prend de l’ampleur, car si, dans les jours qui viennent, une définition juridique est retenue, c’est elle qui triera ceux qui peuvent bénéficier d’aides publiques et les autres. Et le Conseil national de l’information statistique ne retiendra que les uns et pas les autres pour dire, désormais, qui fait et qui ne fait pas du microcrédit !

On risque d’aboutir à un paradoxe cruel. Les prêts d’honneur ont montré leur efficacité ; plusieurs études montrent qu’ils sont un puissant levier sur les banques, qui n’acceptent de s’impliquer dans des projets fragiles qu’à la condition qu’il y ait des prêts d’honneur. De l’argent public prêté sans intérêt, de l’accompagnement de proximité, des prêts complémentaires de la part des banques : c’est le cocktail recherché par le réseau.

Alors que si une définition très restrictive du microcrédit était retenue, seule (ou presque) l’Adie répondrait à une définition taillée sur mesure. Ce serait amplifier le paradoxe d’aujourd’hui : l’Adie prête plutôt cher à des personnes en difficulté, alors que France Initiative prête gratuitement à des personnes qui n’ont pas de grave problèmes –juste des projets.

Rapport inspection générale des finances http://www.economie.gouv.fr/services/rap10/1003rapmicrocredit.pdf

définition du microcrédit par la commission européenne http://europa.eu/legislation_summaries/enterprise/business_environment/n26115_fr.htm

samedi 3 avril 2010

prêter, prêter à intérêt, prêter sur l'honneur, etc. --un débat sans intérêt ?

Tiens revoilà le sujet Adie / France Initiative = qui est le plus beau ? –et cette fois, ce n’est pas moi le provocateur, je tiens à le souligner !

Merci à « mon vieil ami » (voir tout en bas) Emmanuel Landais d’avoir pris le temps de commenter mes 2 derniers billets ; merci à Christine Lagarde, qui a autre chose à faire, mais a confirmé la décision : le microcrédit, ce sont les prêts avec un intérêt. Point. Les autres (par exemple les prêts sans intérêt) c’est d’autres trucs –qu’on du mal à nommer d’ailleurs ! Merci à Arvind Ashta d’avoir organisé cette belle et bonne journée de travail à Dijon : c’est là ou je me suis fait un peu engueuler par des représentants de l’Adie, qui pensaient que je leur en voulais car ce sont des sales capitalistes. Ça fait drôle, non ?

Donc merci parce que tout cela me donne une bonne occasion pour préciser quelques trucs à propos de microcrédit et de microfinance en France ; et le niveau et la qualité de la recherche ne sont vraiment pas encore au niveau de la production ! (voir un de mes commentaires ironiques ici)

1 – Prêter, c’est prêter, le reste est accessoire.

C’est rigolo parce que cet argument (que je compte leur retourner) dans mes discussions avec Maria Nowak et avec mon vieil ami Emmanuel, a toujours été le leur. Arrête tes histoires à propos de taux d’intérêt trop élevés. Le problème de notre client Adie n’est pas de trouver de l’argent à 6% ou à 8% : son problème, c’est de trouver l’argent. Point.

Et c’est vrai, bien sûr. Même si c’est vrai avec des limites : l’argent à 8%, n’est pas le même que l’argent à 40% (taux d’intérêt au sein de la communauté Paki, en Angleterre aujourd’hui, d’après mes sources). La limite, sans même parler de règle sur l’usure, est celle de l’efficacité : si mon activité me rapporte 20% et que j’emprunte à 40%, je risque de me ruiner vite !

Mais si l’essentiel est le prêt, dans ce cas, pourquoi pas 0% ? pourquoi pas 2%, comme fait France Active ? pourquoi 10 ou 15% ? les vertus essentielles du prêt pour l’emprunteur (voir plus loin) sont préservées non ? Donc cet argument qui a laissé coi des générations de fonctionnaires se retourne comme une crêpe. Si ce n’est pas important, pourquoi le rendre important ?

2 – facturer des intérêts : quel intérêt ?

Le point important et actuel est celui-ci : dès que l’on facture des intérêts, on est bien dans l’économie de marché. Le prêt est bien une activité lucrative. L’essentiel est que facturer des intérêts signifie publiquement que l’on prête pour, au minimum, maintenir la valeur des capitaux que l’on engage ; et plus souvent, pour en tirer un profit. Un profit : c’est cela qui choquait, parait-il, mon interlocuteur de l’Adie de Dijon : je ne disais évidement pas que l’Adie cherche à « faire du profit sur le dos des pauvres » : je dis que dans l’activité de prêter, on change d’univers entre prêter à intérêt (et quel que soit l’intérêt), et prêter sans intérêt.

3 – prêter à intérêt sans perspective de profit, c’est une entreprise idéologique

Facturer des intérêts, c’est pour tendre vers l’autonomie. C’est ce que proclame Maria Nowak depuis plus de 20 ans, et elle a tenu bon sur ce discours contre vents et marées, même quand nous lui disions (nous étions assez nombreux à l’époque) que ça ne passait pas du tout dans l’opinion publique. Elle a eu raison de son point de vue : elle a éduqué une bonne partie de la haute fonction publique, qui en avait grand besoin.

Mais en même temps, elle a tenu bon sur une entreprise qui était et qui reste profondément idéologique, au sens ou son projet n’avait qu’un lien restreint avec la réalité. Pour le dire très vite : jamais l’Adie n’a réellement compté atteindre l’autonomie financière ; en tous cas, telle qu’elle exerçait et qu’elle exerce encore le métier aujourd’hui. Et d’ailleurs, ça tombe bien parce que tous les professionnels sérieux disent que l’équilibre des comptes est impossible pour la microfinance en Europe de l’Ouest : voir la synthèse Evers & Jung de l’an dernier ; voir la dernière enquête EMN et les réponses des 94 IMF européennes.

Impossible parce que les coûts de production couvrent des prestations qui sont indispensables. Les emprunteurs ont besoin de conseils et même de formation avant de s’endetter. On peut faire prendre en charge une partie de ces coûts par des budgets publics, mais ce n’est jamais suffisant.

Impossible parce que les coûts sont trop élevés, et les taux d’intérêt sont plafonnés (implicitement, par la norme morale, ou explicitement, par des règles juridiques de l’usure). Donc impossible dans ce piège, ce plancher trop haut et ce plafond trop bas, de créer une marge suffisante pour tout payer : payer les coûts de production des prêts et payer le risque, c'est à dire les pertes liées aux clients qui ne remboursent pas !

4 – si on atteint l’autonomie, la fameuse sustainability du CGAP, en faisant de la microfinance, c’est que l’on change de logique et de produits

Tout ceci parce que l’Adie fait (ou faisait jusqu’à maintenant) le métier tel qu’il doit être fait : c'est à dire avec une évaluation de la qualité des personnes et des projets ; donc avec des coûts de production importants.

Donc si l’équilibre est impossible, j’en conclue que l’Adie veut « donner une leçon » à ses clients. Nous vous facturons un intérêt parce que c’est comme ça dans le monde du business. Parce que « la dure discipline du remboursement », etc. Parce que l’argent, ça coûte. Parce que, enfin, les « lois du marché », c’est ça.

Ok : l’Adie a décidé avec Adie Connect de développer d’autres techniques de prêt, plus proches des prêts conso / revolving que des prêts pro. Je pense que c’est un risque énorme parce que les créateurs n’auront plus aucune confrontation avec « un pro » : un conseiller qui serait capable, idéalement, de les mettre en face de leurs projets, de leurs rêves et de leurs risques. Mais les gains en coûts de production sont tels que c’est tentant ! Je ne sais pas ce que ça va donner, mais ça mérite d’être évalué au millimètre ! En tous cas, les critères de l’anthropologie, encore eux, montrent que l’on change de système ; sans doute radicalement. Ce n’est pas a priori une critique : c’est juste une observation pour nourrir le travail à faire sur l’évaluation de ce nouveau dispositif.

5 – Justifier le marché par le marché : j’emprunte pour prêter ; donc vous payez cher. Une loi universelle ?

Bien évidemment, je ne retiens pas les arguments de l’Adie sur le fait que l’association doit chercher constamment de nouveaux fonds à prêter, et que l’argent public, les subventions sont insuffisantes (ce que répétait mon contradicteur de Dijon). Donc, dit l’Adie par la bouche de Maria, elle même doit respecter les lois du marché : c'est à dire qu’elle « est contrainte » d’emprunter pour prêter. Je n’y crois pas du tout. Les budgets publics sont en baisse ? c’est faux ! ils sont influençables, les budgets publics. Martin Hirsch à lui tout seul a réussi en 2007 à arracher plus de 2 milliards d’€ à un gouvernement de droite pour les pauvres. Donc avec un groupe de pression, de bons arguments et des preuves de la rentabilité sociale de la microfinance, on trouve de l’argent public !

Je crois que l’Adie n’est pas du tout victime de la baisse des budgets, la preuve étant, par exemple, que les budgets publics allant vers les plate formes de France Initiative continuent d’augmenter. Pour moi, l’Adie n’est pas « victime » : c’est l’Adie qui a décidé de chercher dans l’autre direction, c'est à dire emprunter, de façon à créer un cycle, ou un marché complet. J’emprunte, je prête ; et au milieu, je dois retenir une marge suffisante pour tout payer. Point. Il n’existe aucune autre hypothèse dans notre société : d’ailleurs, nous résument les fonctionnaires de l’inspection des finances dans leur rapport de décembre dernier, le prêt à intérêt, « c’est une définition universellement acceptée » du micro crédit.

Bin non ! C’est une définition qui résulte de l’emprise idéologique des adeptes du « free market ». Mais ce n’est pas la définition universelle du microcrédit. Et je ne vois pas pourquoi on laisserait l’inspection des finances ou pire la Commission européenne nous imposer cette définition. « le microcrédit, c’est du prêt à intérêt » : ah bon ? qui est légitime pour décider ça ?. Alors que le débat, même aux USA reste vif (pour le moins !).

L’Adie a tâtonné dans ses premières années de production. Et c’est normal : à l’époque, au tout début des 90, nous apprenions le métier tous ensemble. Mais dès le début, Maria a fortement orienté le discours sur cet objectif unique : assurer l’autonomie de l’association en couvrant les coûts par les intérêts. C’était une décision stratégique, et l’histoire prouve que, bravo, elle a réussi un truc fantastique. Mais il ne faut pas tout confondre : ce n’est pas la voie unique pour aboutir à des performances comparables. C’est tout ce qui m’intéresse ici.

6 – résultat : une définition free market et stigmatisante de la microfinance

Je répète ici ce que je disais en séance à Dijon : avoir exclu France Initiative du comité qui, auprès de la Banque de France, discute de microcrédit en France, c’est une grosse bêtise. C’est idiot, c’est une décision purement idéologique, et qui a pour effet de bunkeriser le microcrédit. Le MC, c’est réservé aux clients exclus, et c’est réservé aux prêteurs qui leur facturent des intérêts. Les autres, c’est autre chose que d’ailleurs nous ne savons pas nommer.

Si on voulait à tout prix stigmatiser les pauvres et les exclus, on ne pourrait pas faire mieux ! Comme vous êtes pauvres, comme les banques ne veulent pas de vous, on va vous prêter plus cher qu’à ceux qui ne sont pas pauvres… sympa ! Voilà bientôt de retour le vieux fantôme de la « Banque des pauvres » (dite aussi « banque solidaire ») ! On avait eu du mal, à l’époque, à convaincre le patron de la Caisse des dépôts de laisser tomber…

7 – donc avec ou sans intérêt facturé : c’est un débat sans intérêt !le prêt crée du lien (le débat anthropologique)

Le prêt crée du lien, de la gratitude, des devoirs l’un envers l’autre. Dans le cas du microcrédit, l’un sachant qu’il est en surplomb de l’autre : il détient à la fois les objets de son désir et de ses besoins (du fric) ; et il détient en plus une part de ces codes qui permettent le business (l’éducation, le capital social).

Ca, c’est la représentation anthropologique du prêt. Donner accès au prêt à des personnes qui sont exclues du marché des prêteurs, c’est déjà entrer dans le don (au sens anthropologique : voir Mauss, etc.) et donc dans l’altruisme, concept que les économistes ont beaucoup de mal à intégrer dans leurs équations. Je le redis : en facturant, ou non, un intérêt, qui devient très secondaire. Il ya du don dans le prêt, évidemment.

Ce que « la profession » des prêteurs estime être l’essentiel, c’est la confiance créée ; mais aussi la compétence, les apports de conseils et d’avis : ce qui fait le « prêt pro », par opposition au « prêt conso » presse-bouton.

8 – Au passage : on confond par erreur 2 propriétés du prêt d’honneur : l’honneur et l’argent

Dans l’exclusion actuelle du prêt dit « d’honneur » de l’univers du microcrédit, on confond 2 choses. La définition stricte, grammaticale, du prêt d’honneur s’applique uniquement au fait que l’emprunteur s’engage à rembourser « sur son honneur », sur sa parole. Rien de moins, mais rien de plus. C’est par une habitude abusive que l’on ajoute la deuxième caractéristique : un prêt sans intérêt.

Or les fonctions de l’argent restent les mêmes ! j’y reviendrai

9 – D’où nous vient cette répugnance pour l’intérêt ?

C’était le thème du remarquable papier que j’avais révisé pour Dijon la semaine dernière (de Laurence Attuel-Mendes) : quelles sont les règles des différentes religions , et peut on estimer qu’il y a compatibilité entre MF et religion ?. Ce qui est fascinant dans ce thème c’est la proximité des religions en question. La règle, c’est avant tout : il faut donner aux pauvres. Mais dans certains cas, il faut pouvoir prêter ; le moins possible ; avec les plus bas taux d’intérêt possible ; à certaines époques, faire faire ce boulot impur par les juifs, comme l’ont fait les pays catholiques, mais aussi musulmans pendant longtemps.

Même si on ne comprend plus très bien cette répugnance vis-à-vis du prêt à intérêt (parce que c’est anticiper ? vendre du temps ? donc se prendre pour Dieu ?), reste que toutes les religions du Livre sont devenues pragmatiques. Dans les 2 sens du terme - Un lien logique entre le prêt et l’activité. Prêter pour le business est mieux et plus tôt admis. D’où également l’importance dans l’Islam du lien entre prêt pro et risque. Et l’absence de répugnance de la part des protestants car ils se croient bénis de Dieu : voir Max Weber sur ce thème - Et très tôt aussi, ne pas abuser de la faiblesse. Les prêts perso ne doivent pas étrangler l’emprunteur. Je me rappelle par exemple la thèse remarquable de Frederic Schwindt, historien de Nancy, sur les prêteurs qui sont à partir du 13 è siècle des Confréries catholiques de Lorraine.

La règle de base, c’est mettre de l’argent à disposition. Rien de plus. Après, on ajoute selon les cas des critères : c’est prendre un risque ensemble (le prêt à la grande aventure développé par les vénitiens) ; le prêt « extortionate » comme on dit encore aujourd’hui dans les suburbs américains. C’est reconstituer le capital. C’est gagner de l’argent sur l’argent : c’est ce qui choquait le plus nos ancêtres…

Mon fascinant séminaire d’historiens à l’ENS montre que, d’abord, tout le monde est endetté, y compris les pauvres, de façon permanente, immémoriale. Ensuite que les intérêts des prêts varient de 1 à 1000 selon les époques, les situations, les –précisément- rapports de force. Mais qu’avant l’apogée actuelle du capitalisme, le prêt est étroitement enserré dans des rapports sociaux ; dans un système de croyances… Voir la fameuse citation que j’ai copiée du livre de Laurence Fontaine : cette description du prêteur « à la petite semaine » qui n’a pour gage que les serments sur le Christ de ses emprunteuses…

10 – Donc revenir aux basiques : l’important, c’est de prêter en confiance. Le reste : il ya toujours des institutions pour payer les coûts de production.

D’accord : c’est gonflé de lancer une telle affirmation, alors que c’est, en réalité, tellement difficile et épuisant de passer du temps à aller chercher de l’argent. Mais en même temps, c’est la seule façon de faire adhérer des institutions au projet : qu’elles soient publiques ou que ce soit des mécènes privés. Maria a déjà tellement fait évoluer les mentalités et les comportements dans les hautes sphères du privé et du public…

Mais j’y reviendrai avec des chiffres, car ce sont les bases même de l’évaluation qui sont ici en discussion !

11 – le reste des critiques qui m’étaient adressées sortent du cadre. Je connais le dévouement des uns et des autres. Ce n’était évidemment pas mon propos de les mettre en doute ni même de les sous estimer. Mon propos, c’est la recherche sur l’évaluation. Pour évaluer utilement des dispositifs comme la MF, il faut créer des outils car il y a peu de précédents. Il y en a un qui me concerne de loin, c’est le travail fait par Cécile Lapenu, remarquable, sur les performances sociales de l’Adie. Cécile a utilisé des grilles méthodo sur lesquelles nous avions travaillé ensemble au tout début des années 2000 : c’est pourquoi je reste intéressé par la suite !

Voilà ma contribution brouillonne au débat ; c’est très provisoire. Je prépare un papier mieux construit sur le thème, et j’y reviendrai !

(Emmanuel : on se connait depuis + de 20 ans, mais cette expression "mon vieil ami" c'est juste une allusion au débat (un peu vif !) entre Sibille et Draperi sur l'ESS (Sibille qui commence sa réponse en s'adressant à "son ami" Draperi ! ... heu, c'est qui aime bien châtie bien ?) Bref, pour ce qui me concerne, je pense que nous n'avons, ni l'un ni l'autre, jamais douté de nos bonne foi respectives ! Même dans des débats ... un peu vifs !)

Aux US, si vous ne payez pas vos traites, on vous repique votre voiture. Pas besoin de décision de justice. Juste les bons outils.

An estimated 1.9 million cars were repossessed in 2009. The vast majority of these were "self-help" repossessions done under state laws that allow automobile dealers and lenders to take cars without court action or the involvement of law enforcement. Many of these cars were vital to the economic success of the families from whom they were taken. Perhaps not surprisingly, dozens of consumers, repossession agents and bystanders have been killed, injured or traumatized. Recent years have also seen rapid increases in the use of new technologies as part of repossessions, such as license plate scanners and electronic repossession devices. These new technologies raise issues such as privacy and safety concerns.

vendredi 2 avril 2010

Sibille - Draperi sur l'économie sociale et l'entreprise sociale (ou solidaire ?) - un débat qui n'en finit pas

Joli débat, un peu en trompe l'oeil, entre deux autorités de l'ESS : Draperi qui enseigne au Cnam et Sibille le banquier (il est VP du Crédit coop). Qui commence son papier par "mon ami Draperi"... heu, je me demande si le destinataire le vivra comme un "qui aime bien châtie bien", car il prend quand même une volée!

On n'est pas loin de la microfinance, car elle devrait relever de cette logique, au lieu de se subdiviser trop souvent en France entre un outil des pouvoirs publics, et un projet "de marché".

Le papier de Draperi est ici. Il est intéressant car il évite cette vieille caricature de l'ESS du type "le statut garantit la vertu". Mais il cogne dur sur une "nouvelle" conception de l'entreprise sociale qui, par américanisme, s'étendrait vers les bonnes oeuvres de philanthropes fortunés (très Bill Gates, comme conception !). Alors que, dit il, l'économie sociale, c'est avant tout l'émancipation de tous. Mais avec un échec patent pour ce qui concerne les volumes concernés, et même la pureté des conceptions.

Le papier de Sibille est ici ; et il est également intéressant, car très pragmatique, ce qu'il revendique. Cela dit, l'argument de type " ceux qui ne veulent pas bouger, c'est qu'ils ont peur de l'air du large" : ça craint un peu ! C'est toujours ce que l'on adresse aux personnes qui ont des principes, non ?

Je suis mal à l'aise car personnellement un peu au milieu ! C'est vrai que l'ESS sans les structures qui garantissent la participation de tous (n'abusons pas du terme de démocratie !), c'est une ESS un peu vidée de sa fonction "outil de peuple".

Mes réserves sur Draperi sont, en fait, très pragmatiques. Ce que je reprocherais le plus à l'ESS en tant que mouvement entrepreneurial, c'est son incapacité à générer "du leadership" (un américanisme de plus !) Et le MOUVES qui vient de se créer avec de belles et grandes personnalités --mon infatigable ex-président Claude Alphandéry en est !- - est plutôt un signe positif.

jeudi 1 avril 2010

MF islamique - concours CGAP typique = on ne veut que des projets profitables !

Voilà le genre de truc typique qui m'énerve. Un concours pour de nouveaux projets de MF. Cette fois ci, islamique : pourquoi pas ? Et avec 100 000 $ à la clé, quand même ! ! Mais les conditions répétées, ressassées, martelées dans le texte ci dessous, c'est : on ne veut que des projets qui veulent être rentables, et rentables tous seuls : profits profits, profits !

Durable veut dire profit ; autosuffisant = profit ; projet commercial = profit ; forces du marché = ce n'est même pas la peine de préciser !

Vive le profit ! je suis pour : mais pas n'importe comment ; surtout quand il s'agit de faire du profit en prêtant aux pauvres. Le problème, c'est qu'avec de tels projets, on véhicule un seul et unique modèle. Pas d'intervention de l'Etat, pas de mécènes, pas d'argent - cadeau. Non, c'est bizness et rien d'autre.

le CGAP se rend-il compte à quel point il oriente idéologiquement la MF avec de telles propositions ? je n'en suis pas certain. Alors que les preuves s'accumulent : la MF profitable est la MF qui prête aux "not so poors", selon l'expression consacrée. Et donc qui n'est qu'un paravant : que le marketing R&D de grandes banques qui feront un peu plus tard leurs profits sur le dos des pauvres.

MF islamique - tout marché

Autoentrepreneurs : Novelli : Les abus ne concernent sans doute que quelques centaines d'autoentrepreneurs. Hurel : traquer les abus

Quelques centaines ? je n'en suis pas certain du tout ! Plutôt des milliers ou des dizaines de milliers, si on place le curseur au bon endroit. C'est à dire sur le critère de la dépendance. Un client unique, c'est déjà un lien de dépendance tel que l'auto entrepreneur n'a sans doute pas la capacité de développer sa propre autonomie. Et sur les critères juridiques du contrat de travail, on n'est pas loin...

l'itw Novelli c'est là.

François Hurel commente à son tour dans La Tribune. Les arguments sont bons : mieux vaut sanctionner les abus que changer la loi (d'autant que les propositions des sénateurs manquaient de bon sens !).

C'était ma première réaction, mais en fait, je crains de très nombreuses déceptions !

Le lien avec le microcrédit est évident. Pour de très nombreux autoentrepreneurs, la demande (et l'obtention) d'un microcrédit sera le seul lien "physique" avec un réseau d'accueil ; donc des pros capables d'avoir un avis sur le projet. Et il s'agira plus logiquement d'un vrai projet, puisqu'on a besoin d'argent pour investir ou assurer la tréso !

mercredi 24 mars 2010

Microcrédit en France - les mesures Lagarde sont-elles les plus urgentes ?

Christine Lagarde annonce un projet en 4 points ; il est résumé sur le site de son ministère ici.

Coïncidence : j'étais la semaine dernière avec Arnaud Poissonnier (BabyLoan) à une séance de travail ou il en a parlé, avant de publier cette tribune dans le Monde.

Je dois dire que je ne vais pas partager TOUT l'enthousiasme de Poissonnier, mais une partie seulement.

Il écrit :

(AuSud) "Le prêt solidaire par Internet permet au grand public de parrainer des bénéficiaires de microcrédit en leur prêtant (et non en leur donnant) la somme dont ils ont besoin pour financer leur activité de subsistance. Les plateformes qui proposent cette approche innovante (une quinzaine dans le monde) travaillent sur le terrain avec les institutions de microfinance, dont le rôle consiste à accompagner et prêter aux exclus du système financier.

Donc 2 temps : les particuliers peuvent prêter ; mais l'intermédiation subsiste : les institutions de microfinance, sur le terrain, sont là pour accompagner. En somme, il décrit Kiva ; en rêvant de le multiplier :

"l'on en vient à rêver que les 150 millions de bénéficiaires de microcrédit du monde soient un jour parrainés par 150 millions d'internautes, telle une gigantesque banque citoyenne. Voilà l'objectif !

2ème temps de la démonstration : ce qui est possible au Sud, ce que fait Babyloan (les particuliers peuvent "prêter" à la plate forme qui "prête" aux IMF du Sud, qui prêtent aux micro entrepreneurs) n'est pas possible au Nord. De vieilles règles de prudence interdisent de collecter de l'épargne si vous n'êtes pas régulé et contrôlé comme une banque. Vieille sagesse.

Or le projet de loi présenté par Lagarde ce 24 mars, et qui porte surtout sur le crédit consommation, prévoit une exception toute nouvelle : le fait que les particuliers pourraient désormais en France prêter à des associations vis des plate formes Web : en l'occurrence l'Adie en passant par Babyloan, car, dans l'immédiat, il n'y a pas grand chose d'autre --mais on peut craindre un enthousiasme un peu imprudent et des initiatives à tout va !

OK, l'idée est belle est bonne ; elle nous rapproche des Etats Unis ou il existe une quinzaine de plate formes de rencontres. Mais en France avec des contenus différents : il s'agit de prêter à des prêteurs , pas de développer les rencontres directes entre prêteurs et emprunteurs sur des plate formes comme Prosper, Lending club et autres.

3 remarques sur ce projet.

1 - Il est fait pour augmenter les ressources des prêteurs. C'est la raison pour laquelle Arnaud Poissonnier et Maria Nowak (Adie) ont poussé dans le même sens.

Je pense qu'il y a 2 risques dans ce schéma.

D'abord collecter l'argent des particuliers coûte très cher. 1000 € par 1000 €, c'est tout un discours, une comm d'enfer à mettre en place ; beaucoup moins cher par le Web que par des moyens traditionnels, mais ce sont des tonnes d'explications à donner pour arriver à des sommes significatives...

Ensuite le rapport au fric ne marche pas du tout en France de la même façon qu'aux Etats Unis, ou Kiva a provoqué un engouement énorme, dès le départ. Aux US, "les gens", ceux qui donnent, sont séduits par l'idée de prêter. Donner pour l'éducation, les églises, etc, ça fait partie des devoirs quotidiens (on donne beaucoup plus qu'en France). Mais "donner" pour créer du business, ça a quelque chose de contradictoire. Donc prêter, ça c'est business. C'est logique, c'est séduisant, et ça coute pas cher (si on est remboursé).

Mais il me semble qu'en France, si on se rappelle les quelques rares études sur les motivations des épargnants de l'épargen solidaire, c'est beaucoup plus compliqué et subtil.

2 - Augmenter les ressources des prêteurs avec de la dette, est-ce bien la solution ?

En gros, l'Adie estime que ses besoins en augmentation de fonds de prêts sont tellement importants que ni ses grands sponsors privés (des banques, en général), ni les pouvoirs publics ne peuvent (et ne veulent) suivre.

Mais est-ce la solution de les remplacer (ou de les compléter) par des fonds venant du grand public ?

J'ai plutôt l'impression que l'on risque d'avoir des charges de gestion importantes, pour des explications incessantes, embrouillées, éventuellement suspicieuses (pourquoi vous prêtez avec intérêt de l'argent que moi je vous prête sans intérêt?) etc...

Kiva a provoqué un énorme engouement aux Etats unis dès son départ, mais est aujourd'hui victime d'une crise de confiance sur un sujet proche (pour l'info, googlez le nom de David Goodman pour lire son blog, en anglais).

Donc il me semble que le réel effort est de convaincre les "initiés" en l'occurence les grandes banques et le gouvernement que le microcrédit a tellement d'avantages pour eux qu'ils devraient se mettre d'accord pour le financer largement. Voeux pieux : ok, peut être. Mais les risques d'impliquer le grand public sont réels. Et s'endetter pour les fonds de prêts ne rsoud pas la question des couts de production, qui resteront démesurés.

Au passage, on peut imaginer un avantage à une telle forme de collecte, très nouvelle dans notre pays. C'est beaucoup plus que mobiliser des épargnes, mobiliser des citoyens. En somme, si des centaines de milliers de personnes "votent" pour BabyLoan - Adie en leur confiant quelques centaines d'€, peut être le gouvernement en sera impressionné --et les banques inquiètes devant toute cette belle épargne qu'elles ne géreront pas ? Si ce sont les citoyens qui "votent" en déplaçant leur livret A, peut être inventera-t-on des mesures réellement ambitieuses ?

3 - Quelles seront les conditions ? qui aura accès à cette manne toute nouvelle ?

Les deux acteurs qui anticipent sont l'Adie, très connue, très établie, ancienne, et qui a des relations de confiance avec toute la place bancaire, et BabyLoan, qui a tout juste 2 ans d'existence, et qui jouera l'intermédiaire marketing dans l'opération.

Collecter des épargnes populaires a toujours été un risque en soi. Parce que la naïveté du public peut provoquer des dégâts ; parce que plein de "petits malins" peuvent s'introduire dans le schéma et le pervertir. Bien sûr, il existe déjà des garde fous réglementaires (introduites dans le CoMoFi récemment) sur les associations qui ont le droit de prêter. Mais on ne fait pas une loi juste pour l'Adie toute seule ! Elle est la seule, 4 ans après, à remplir les conditions du CoMoFi, mais d'autres comptent s'y mettre. Peut on contrôler préventivement ? tout en ne fabriquant pas des conditions bureaucratiques ? ça va être coton !

Enfin, la limite entre ces épargnes et celles mobilisées dans les différents systèmes avec avantages fiscaux à l'entrée (réductions d'IR pour les PME....) vont devenir poreuses et également difficiles à gérer !

A suivre !

mardi 23 mars 2010

Le rapport de l'Inspection des finances sur le microcrédit : ça m'énerve !

le rapport de l'IGF de décembre 2009 sur le microcrédit, à télécharger ici (attention, c'est du lourd!). Franchement, je suis déçu ! L'IGF, qui est censée conseiller son ministre, propose une définition du microcrédit qui me parait être un choix idéologique simplet.

Page 4 : Il s'agit "d'un crédit à tire onéreux (ce qui exclut les prêts d'honneur,..." etc.

J'analyse cette position comme une position idéologique : il faut facturer des intérêts pour reconstituer le capital du prêteur, sinon on est dans un Machin désintéressé qui ne s'appelle pas crédit. Pourtant une tradition énorme du crédit gratuit, du crédit social, mutuel, coopératif prouve, s'il en était besoin, qu'il y a plusieurs façons de traiter la question. Et que celle ci est partisane.

J'ai traité du débat académique à propos des Welfarists et du Sud dans un gros papier indigeste et, pire encore, en Anglais. J'y reviendrai.

vendredi 19 mars 2010

Auto entrepreneurs : les détournements se multiplient

Benoît Willot signale ce qui ressemble à une escr---heu, à une imprudente utilisation du statut d'autoentrepreneur. En fait, des gens "embauchés" pour un mission à plein temps, avec un donneur d'ordre unique, pour développer un réseau de coiffure à domicile... J'ai vu aussi à la télévision un reportage sur un restaurant qui "emploie" son personnel sous la forme d'autoentrepreneurs.

J'espère qu'il y aura une jurisprudence rapide et ferme sur ces détournements. C'est à décourager d'entreprendre !

- page 3 de 12 -