C'est encore mon voisin de blog qui est le plus rapide. Benoit Willot commente longuement l'adhésion de ces deux réseaux au REM, qui était très largement dominé par l'Adie ces dernières années (ce qui est logique : c'est Maria Nowak qui en avait pris l'initiative, et qui a conservé la présidence pendant 5 ans)

Je dois dire à titre personnel que je suis fort heureux que les 3 réseaux français de "finance solidaire", pour utiliser un terme qui englobe la microfinance, adhèrent à un même réseau européen. L'Adie à elle seule représentait presque la moitié des microcrédits en Europe de l'ouest ; avec cette arrivée, les français se montrent les plus présents à l'ouest (mais pas à l'est : les réseaux de la MF se développent beaucoup plus vite chez les nouveaux adhérents de l'union européenne)

Mais surtout, les français vont enfin pouvoir montrer que les modèles de la finance solidaire sont beaucoup plus variés que la seule représentation monomaniaque qu'en fait le CGAP et quelques adeptes des Free Markets. En effet, France Active avec ses prêts à bas taux d'intérêt et France Initiative avec ses prêts d'honneur à 0% obtiennent des résultats qui sont comparables en qualité et en impact avec ceux de l'Adie.

Ceci renvoie à des conceptions différentes sur le financement des créateurs d'entreprises : mais que l'on veuille ou non en faire une activité rentable, l'essentiel est dans le résultat. Les créateurs sont plutôt mieux accompagnés et mieux financés par ces réseaux, qui montrent un professionnalisme époustouflant, que par les banques --hélas !

Il parait que certaines d'entre elles commencent à apprendre la leçon ? tant mieux !