C'est l'une des conclusions d'une étude sur les études. Uniquement sur la MF sub-saharienne, mais à voir de près (quelle extension des conclusions?)

C'est un thème d'étude qu'il faut développer, bien entendu. Non pas juste pour critiquer ce que l'on a adoré. Plutôt pour établir les bonnes conditions : il ya d'ailleurs des recommandations intelligentes à la fin.

Mon idée est qu'il y a toujours des erreurs et des idiots. Des erreurs dans l'allocation des prêts, et des idiots parmi les emprunteurs. Mais la question est : quelle est la responsabilité spécifique du prêteur ? C'est l'offre qui fait l'idiot?

Ensuite, il ya une question de nuances : peut on accepter, en tant qu'offreur, le risque de fabriquer 1% de "bad loans" ? ou 5% ? ou 10% ? et jusqu'où est-on responsable de l'échec de l'emprunteur ?