Je n'ai pas le temps de finir ce CR, donc juste un mot pour Pervenche Bérès, l’admirable, l'infatigable. Elle ne craint pas dans cette ambiance super-super-soft, de mettre le doigt là ou ça fait mal. En particulier sur les contraintes à appliquer aux banques et que la Commission rejette, elle appelle ça "lobbying". C'est clair. Et dit que Barnier ne reprend pas les demandes du Parlement sur le droit au compte parce que les banques n'en veulent pas. Point. Au moins, c'est clair !