Evaluer la microfinance - Benoît Granger, MicFin

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - crédit flou

Fil des billets

mercredi 15 octobre 2008

Lending club : mieux vaut prêter aux riches ! ...

Lending club est l'un de ces nouveaux prêteurs "P2P" aux Etats Unis. Il ne s'agit pas de MF au sens strict, mais de toutes sortes de prêts conso. Mais on sait (c'est l'un des thèmes de ce blog) que les prets conso et les prets pro se rapprochent.

Les "new requirements" concernant les nouveaux emprunteurs sont assez impressionnants !

Bien sûr, on peut essayer de mentir ; mais pas longtemps, et c'est plus risqué aux US qu'ici !

lundi 13 octobre 2008

Les confusions crédit conso / crédit pro risquent de s'aggraver en Europe (et surtout en France !)

C'est l'un des problèmes de l'évaluation de la MF. Nous en avions traité, avec Udo Reifner, dans un gros papier paru dans le "Rapport moral sur l'argent dans le monde" de l'an dernier, à propos de la Directive européenne sur le crédit conso.

La question : les prêts sont-ils vraiment des prêts professionnels ? C'est à dire fondés sur la qualité du projet (et, bien sûr de la personne ; mais en tant qu'entrepreneur) ? Ou bien sont-ils fondés sur un scoring qui ne tiendrait compte que des catégories sophistiquées des prêts à la consommation ?

La question va devenir cruciale avec les conséquences de la crise financière. En gros, le crédit crunch va pousser les prêteurs à faire eu plus simple et rentable (le crédit conso) pour éviter les prets compliqués, lourds et risqués (les prêts pro à des créateurs).

Donc ces derniers seront "tentés" encore plus qu'aujourd'hui de financer leur démarrage avec du crédit conso. Mais dans ce dernier, il n'y a rien de la qualité de la relation fondée sur l'examen de la qualité du projet.

Donc les entrepreneurs prendront des risques (notamment d'incompréhension) énormes ...

dimanche 14 septembre 2008

Crédit flou et clients risqués - nouvelles tendances de l'exclusion bancaire et financière en Europe

Ce sont les powerpoints d'une conférence que j'ai donnée en SEptembre 2005 au séminaire annuel de l'Observatoire de la Finance, à Genève.

Les données sont à revoir, mais j'ai l'impression que le procédé d'analyse était le bon. Ce qui frappe avec la distance, c'est la montée des formes différentes d'exclusion.