Evaluer la microfinance - Benoît Granger, MicFin

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - finance solidaire

Fil des billets

mercredi 23 septembre 2009

12 mesures à prendre, 12 propositions au G20 pour rendre la finance plus responsable et solidaire --quelle ambition !

C'est une initiative angle saxonne, mais bien relayée sur le continent européen. NCRC aux Etats Unis, Inaise, des anglais, FEBEA signent un texte intéressant : il est sur le site de ECRC en français.

mercredi 19 novembre 2008

"Les ambitions pragmatiques de la finance solidaire", un papier de synthèse dans une jeune revue

Voici un lien vers un papier que j'ai publié dans la jeune revue (c'est le N°2) "Les Cahiers de Friedland", disponible à la Documentation française.

C'est une synthèse assez factuelle sur les deux aspects de la question ; d'où vient l'argent ? (donc épargne solidaire, etc.) et ou va l'argent ? (ce que finance la finance solidaire).

Mon idée est de montrer qu'il subsiste un flou très net sur le contenu et donc les frontières de ce que l'on nomme "Finance solidaire". Le terme n'a pas le même sens en Français eet en Anglo-saxon. Mais les traits communs, les ambitions communes sont suffisamment proches pour que l'on puisse les décrire comme critères d'appartenance.

En gros, 2 points qui me paraissent intéressants pour nos réflexions en France :

- Nous sommes ici très orientés vers "Finance solidaire = financer les très pauvres", alors que les traditions anglo saxonnes s'étendent vers des réalisations beaucoup plus communautaires, et ne servent pas que les plus pauvres (voir les grosses Credit Unions aux Etats Unis : c'est un truc au total assez "petit bourgeois" !)

- l'une des caractéristiques des épargnes solidaires est d'être, au mieux, du "capital patient", pour reprendre une expression utilisée par Joël Le Bossé, parti au Québec pour mettre en pratique ses convictions. Financer des projets solidaires, c'est financer des projets complexes, avec plus d'objectifs, plus riches et plus complexes, que le pur "Retour sur investissement". Donc c'est lent, et souvent moins rentable.

(mais ça ne fait pas d'énormes b^tises du genre Subprimes !)

lundi 15 septembre 2008

Adapter un outil de rating pour les IMF du Sud à la finance solidaire en France - premières tentatives

En 2004, je présentais devant les membres d'Inaise les premiers résultats. En résumé, j'avais passé plusieurs mois, à la demande de PlaNet Finances, à décortiquer l'outil de rating GIRAFE pour faire en sorte qu'il soit utilisable pour évaluer les tros réseaux principaux de microfinance (et de finance solidaire) en France.

Le rapport a été rendu à la Caisse des dépôts ; il a servi ensuite d'inspiration aux travaux qui ont suivi. Mais les réserves des réseaux (notamment sur les benchmarks) sont tels que la CDC n'a pas insisté pour qu'il soit adopté par tous comme une norme. Dommage (à mon avis !)

samedi 13 septembre 2008

"Banquiers du futur" : l'enquête publiée en 1998 est une bonne base pour mesurer les progrès de cette "finance sociale"

La Fondation Charles-Léopold Mayer ("pour le progrès de l'homme") a rendu disponible sa collection de livres publiés les années précédentes. on peut télécharger le texte de ce livre à cette adresse.

ou bien Benoit_Granger_-_Banquiers_du_futur_-_1998.pdfici, sur ce site.